Accueil Blog

Activ'Up, startup du walking desk, parmi le top 500 des entreprises tech françaises les plus prometteuses

0

Le site FrenchWeb, référence de la tech française, vient de publier le classement Frenchweb 500, un top 500 des principales entreprises de la FrenchTech qui dominent cet écosystème. Parmi elles, Activ’Up, une startup spécialisée dans la santé au travail et qui commercialise et loue des tapis walking desk pour les particuliers et les sociétés, se trouve au rang 466e après moins d’un an d’existence.

La méthodologie de ce classement se base sur les 500 entreprises du numérique qui présent le plus fort potentiel de croissance. Nul doute que la santé au bureau, à travers l’usage de standing desk ou de walking desk, est un challenge important du siècle à venir.

Si l’on retrouve de nombreux acteurs comme Iliad, Orange, SFR, OVH, Gemalto, Dassault Systèmes, de nombreux autres startups nées d’entrepreneurs aguerris apparaissent dans ce classement, comme Critéo, Vente-Privée, Teads, etc.

Les différents types de standing desk

0

Un standing desk est un bureau conçu pour travailler, lire ou écrire tout en restant debout. Popularisé ces dernières années par les récentes recherches sur la « maladie de la position assisse », le standing desk est en plein boom. Comme pour les bureaux traditionnels, il en existe de toutes les formes et de toutes les matières.

D’un point de vue technique, on peut cependant différencier les standing desk en plusieurs grandes catégories : le DIY, le standing desk d’appoint, le bureau haut et les standing desks ajustables.

Le standing desk « Do It Yourself »

Pour travailler debout, ce n’est pas forcément la peine de changer de bureau. De nombreuses personnes ont ainsi créé des standing desks DIY en combinant un bureau traditionnel et une table basse, des livres, des canettes de coca et un plateau.

Un standing desk créé à partir de canettes de Coca - © Marco Arment
Un standing desk créé à partir de canettes de Coca – © Marco Arment

Bref, dans ce domaine, seule l’imagination est la limite. Bien souvent, si cette solution est très abordable financièrement, il faut s’armer d’un peu de patience et savoir bricoler et la solution n’est pas forcément toujours très stable.

Le standing desk d’appoint

Cousin du standing desk DIY, le standing desk d’appoint est une solution mobile et portable qui permet de transformer rapidement n’importe quel bureau standard en standing desk.

standstand
StandStand

Par exemple, le Standstand est une solution portable et compacte lancée sur Kickstarter en 2014 et qui a réuni 118 544$ de financement, de quoi confirmer l’attrait pour ce nouveau style de travail.

Le bureau haut

À l’origine du standing desk, le bureau avait une seule et unique position : debout. On retrouve encore ce type de bureaux aujourd’hui, notamment avec les bureaux en bois massif que l’on peut trouver dans les halls d’hôtel, ou bien même les plans de travail ou bar de cuisines américaines. Dans notre environnement, un simple comptoir peut faire office d’un standing desk.

standing-desk-bois

Mais dans ce cas, il est impossible de varier la hauteur et de passer d’un bureau debout à un bureau assis.

Le standing desk ajustable en hauteur

Parce que rester assis ou debout toute la journée n’est pas une bonne idée, il est important de varier les postures – et la hauteur du plateau de votre bureau. Pour cela, la majorité des standing desks vendus actuellement dispose d’un mécanisme pour ajuster leur hauteur.

le StandDesk, un standing desk ajustable de manière électrique
le StandDesk, un standing desk ajustable de manière électrique

Ce mécanisme pour ajuster la hauteur peut être de plusieurs sortes :

  • manuel : vous devez soulever le plateau et le bloquer à la bonne hauteur grâce à des taquets, franchement pas pratique
  • à vérins : comme pour les chaises de bureau
  • à manivelle : on tourne la manivelle dans un sens ou dans l’autre pour faire monter ou descendre le plateau
  • électrique : sûrement le plus simple et le plus rapide, il suffit d’appuyer sur un bouton pour changer la hauteur du plateau. Les standing desks à ajustement électrique sont cependant les plus chers et nécessitent une alimentation électrique

Nous sommes curieux, quel type de standing desk utilisez-vous et pour quelles raisons ?

Crédit photo de couverture : Juhan Sonin

Devez-vous passer au standing desk ? On fait le point ensemble

0

Le standing desk est un sujet d’actualité dans les bureaux et les écoles aux Etats-Unis et il arrive lentement mais sûrement dans l’hexagone. Certes, tout ce qui est nouveau est attirant par nature, pourtant ce n’est pas le cas du standing desk dont l’histoire remonte au XVe siècle. Jusqu’au XIXe siècle, les standing desks étaient d’ailleurs populaires principalement dans les milliers littéraires ou politiques.

Aujourd’hui, de plus en plus de solutions existent et il devient facile de s’équiper d’un standing desk. On voit même apparaître de nouvelles formes comme les walking desks, mi-tapis roulant mi-standing desk.

Une récente étude pilote a été réalisée aux Etats-Unis pour connaître les effets du standing desk dans les écoles. Les étudiants ont passé plusieurs tests neuro-cognitifs avant et après avoir utilisé les standing desks sur un semestre entier. Les résultats montrent que l’utilisation de bureaux debout a changé les schémas d’activation du cerveau des étudiants et boosté leurs fonctions cognitives comme la mémoire, la concentration ou la résolution de problème.

Malgré ce résultat, d’autres personnes déclarent que les standing desks peuvent faire plus de mal que de bien. Nous avons décidé de vous aider à mieux comprendre le débat en vous présentant les avantages et inconvénients du standing desk. Ainsi, nous espérons vous aider à comprendre si le standing desk est fait pour vous.

Les points positifs du standing desk

Selon l’étude mentionnée plus haut, le standing desk peut aider les fonctions cognitives. Avoir une meilleure concentration, de meilleurs compétences en résolution de problème et une amélioration de la mémoire sont de véritables aspects positifs, peu importe le secteur dans lequel vous évoluez. Si les résultats de l’étude s’appliquent également aux adultes – et non uniquement aux écoliers –, alors un standing desk pourrait améliorer votre productivité et votre efficacité au quotidien.

Les autres avantages du standing desk sont à trouver du côté de la santé physique. Selon une autre étude, Le travail moyen passe 5 heures et 41 minutes par jour assis à son bureau et encore 7 heures dans son lit à dormir. Cela fait beaucoup de temps assis ou allongé, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur la santé.

L’usage régulier d’un standing desk pourra vous aider à :

  • améliorer votre métabolisme (et ainsi réduire le risque d’obésité)
  • réduire le risque de diabète de type 2
  • réduire le risque d’accident cardio-vasculaire
  • réduire le risque de cancer
  • abaisser votre risque de mortalité à long terme

Les points négatifs du standing desk

Les avantages présentés ci-dessus vous montrent que le standing desk peut améliorer votre santé physique et vos performances mentales. Malgré cela, une utilisation prolongée d’un standing desk peut aussi entraîner des problèmes comme :

  • des douleurs au niveau des pieds (pieds endoloris) et dans le bas du dos
  • une augmentation du risque de problèmes cardio-vasculaires comme les artères carotides, les varices et la thrombose veineuse profonde (parce que le coeur doit travailler contre la gravité pour faire circuler le sang qui se concentre dans les orteils)
  • certaines tâches sont mieux réalisées assises, comme celles qui nécessitent des compétences motrices précises, donc un standing desk peut ne pas convenir
  • rester debout brûle 20% de calories supplémentaires, ce qui signifie que vous pourrez vous sentir plus fatigué durant la journée.

Alors, est-ce que le standing desk est fait pour vous ? Comme vous le voyez, les points positifs et négatifs sont à prendre en compte pour mieux évaluer les conséquences de l’usage d’un standing desk. Cette comparaison permet cependant de valider une chose : peu importe le type de bureau que vous choisissez (assis ou debout), vous devrez changer de posture au long de la journée. Vous ne devriez pas rester assis toute la journée comme vous ne devriez pas rester debout. Essayez ainsi de faire fonctionner une routine quotidienne qui vous permet de profiter des avantages du standing desk tout en évitant les conséquences négatives.

Voici les différents types de walking desks.

L’histoire du standing desk : de Léonard de Vinci à aujourd’hui

0

Stand-up desk, standing desk, walking desk : tous ces termes anglais correspondent à la même chose : réinventer la manière dont nous travaillons à notre bureau. Au lieu de rester assis toute la journée, un nouveau concept voit peu à peu le jour : se lever et marcher en travaillant. Voici l’histoire de cette pratique qui, comme vous allez le voir, ne remonte pas d’hier.

Alors que le standing desk est aujourd’hui traité dans les médias comme une pratique marginale et passagère – réservée aux hipsters et aux geeks – l’histoire nous montre que son usage n’est pas nouveau et remonte à plusieurs siècles auparavant. À travers l’histoire, de nombreux inventeurs et personnes de pouvoir ont travaillé debout et cet article pourrait bien constituer un « who’s who » du standing desk.

Léonard de Vinci, premier utilisateur du standing desk

Dès le XVe siècle, Léonard de Vinci est un adapte du « travailler debout ». Il s’agit sûrement du premier utilisateur connu de cette technique. Connaissez-vous ce fameux tableau d’une femme à moitié souriante nommé Mona Lisa ? De Vinci l’aurait peint alors qu’il se tenait debout devant son bureau. C’est aussi debout devant à son bureau que De Vinci dessina de nombreuses innovations, comme le parachute, ses fameuses machines volantes ou bien les premiers véhicules blindés. Même s’il n’existe aucune trace démontrant que le succès de De Vinci venait de l’installation de son bureau, les nombreuses découvertes et le succès de l’inventeur parlent d’eux-mêmes.

XVII et XVIIIe siècle : universités, présidents et dictateurs utilisent le standing desk

En plus d’être utilisés par un inventeur immensément célèbre, les bureaux debout apparaissent pour la première fois dans un établissement public en 1626 au sein de l’Université de Cambridge (fondée en 1209). Les premiers standing desk sont installés dans la bibliothèque de l’établissement et l’idée d’écrire debout était alors une des manières de dynamiser notre créativité.

Après l’Angleterre, l’idée de travailler debout traverse l’Atlantique et c’est Napoléon Bonaparte qui l’utilise pour préparer ses batailles. Selon lui, le standing desk est un excellent moyen pour réfléchir rapidement et peaufiner les plans stratégiques pour ses batailles.

Aux États-Unis, Thomas Jefferson a également été l’un des premiers à utiliser un standing desk pour rédiger des documents importants, par exemple la Déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776. Mais ce dernier ne se satisfaisant pas d’un bureau disponible dans une seule position – debout – il créa un standing desk ajustable – le tall desk – : le premier bureau permettant de travailler à la fois debout et assis.

Jefferson et son tall desk
Jefferson et son tall desk

XIX et XXe siècle : une histoire d’écriture et de guerres

À travers les siècles, le standing desk s’est petit à petit développé pour devenir l’apanage des grands hommes (et des riches). Charles Dickens utilisait un bureau avec une position debout. Son environnement de travail était souvent décrit comme composé de nombreux livres tout autour de lui, du plancher au plafond et un standing desk sur lequel il écrivait, à côté de nombreuses chaises très confortables. Comme pour De Vinci, il n’est pas certain que le standing desk soit à l’origine de ses plus grands succès comme Oliver Twist, Un Conte de Noël ou Le Conte de deux cités, mais il y a sûrement contribué.

Charles Dickens derriere son standing desk
Charles Dickens derrière son standing desk

En plus d’être bénéfique pour la créativité, le standing desk devient petit à petit un moyen pour se maintenir en bonne santé. George N. Comer, utilisateur et auteur, écrivit : « je n’irais pas jusqu’à proscrire l’usage d’un bureau assis, mais je recommande à l’apprenti de pratiquer, autant que possible, dans une position debout […], car je suis convaincu, après de longues expériences et observations, que c’est la meilleure posture à adopter, à la fois pour une écriture rapide et continue, et pour la santé. »

Winston Churchill devant son bureau
Winston Churchill devant son bureau

Au XXe siècle, Winston Churchill était souvent vu en train d’écrire à son standing desk. L’écrivain et Prix Nobel de Littérature Ernest Hemingway était également fan de standing desk. Dans le chaos de son bureau à La Havane, il avait confectionné son standing desk en mode DIY, à l’aide d’une bibliothèque qui se trouvait près de son lit. C’est à cette époque que les bureaux standing desk commencent à se faire un nom commercial.

Hemingway utilisant son standing desk
Hemingway utilisant son standing desk

Jusqu’aux dernières moments de sa vie, l’auteur Virginia Woolf écrivait sur un standing desk. Cela en fait la première femme de l’histoire à utiliser un standing desk. Son neveu, Quentin Bell, qui réalisa sa biographie, se souvient bien de l’usage du standing desk par sa tante.

Virginia Woolf, une des premières femmes à utiliser un standing desk
Virginia Woolf, une des premières femmes à utiliser un standing desk

Plus récemment, Donald Rumsfeld, ancien secrétaire à la Défense américaine, a indiqué travailler sans chaise dans son bureau. Après avoir entendu que des détenus terroristes devaient rester debout 4 heures par jour, Rumsfeld répondit : « je suis debout entre 8 et 10 heures par jour. Pourquoi est-ce qu’on devrait les limiter à 4 heures ? » D’ailleurs, pour la petite histoire, le standing desk de Thomas Jefferson est toujours au Département d’Etat américain.

Les années 2000, le standing desk contre la vie sédentaire

Comme nous avons pu le voir, l’histoire des standing desks est remplie de personnes célèbres et charismatiques. Mais ces early-adopters n’ont pas engendré de changement radical des pratiques. Pour cela, il aura fallu attendre le début des années 2000 et la preuve par la science. Aujourd’hui, trois quarts des actifs passent plus de six heures par jour assis. Il n’y a ainsi pas plus inactif que la force de travail active. Cette sédentarisation professionnelle peut fortement impacter la santé : douleurs aux muscles, maladies inflammatoires, mauvaise circulation sanguine, cholestérol, prise de poids, etc.

En 2010, des médecins et chercheurs un peu partout dans le monde ont commencé à trouver des corrélations entre la posture assise prolongée et le diabète, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité et le cancer. Cette nouvelle menace, nommée « maladie de la position assise » (sitting disease en anglais) est permanente et selon le corps médical, ce mode de vie sédentaire aurait des effets plus mauvais que la cigarette sur notre santé. Et comme tout le monde ou presque semble aujourd’hui touché par ce problème, le standing desk est devenu un mode de travail pour de nombreux travailleurs indépendants et ces bureaux commencent petit à petit à être proposés aux employés des sociétés, notamment au sein des startups ou des grands groupes. Google et Facebook offrent par exemple à leurs employés la possibilité d’utiliser un standing desk. Il existe aujourd’hui différents types de standing desks.

Parce que le travail dans un bureau n’est pas encore prêt de disparaître, le standing desk ou walking desk a un bel avenir devant lui. Malgré tout, il est intéressant ici de noter que les bénéfices du standing desk ne sont pas encore reconnus de manière unanime par le corps médical.